Žana Ćetojević : « On a commencé les recherches trois semaines avant la rencontre »

Je suis vraiment heureuse d’avoir fait partie de ce projet. C’est la première fois que je participe à un projet comme celui-ci. Je n’avais encore jamais eu l’occasion de travailler comme traductrice ou journaliste auparavant et j’ai maintenant une image différente de ces professions. J’ai rencontré beaucoup de personnes et avec mon équipe, on s’est vite liés d’amitié, et ça a été très drôle. 

On a commencé notre reportage trois semaines avant la rencontre à Banja Luka. On a d’abord choisi l’angle journalistique et on a opté pour « L’impact environnemental des jeunes ». Après cela, on a parlé des personnes que nous allions interviewer. C’était très difficile de trouver les bons interlocuteurs, bien informés, compétents et acceptant d’être interviewés. On a contacté des personnes par téléphone, e-mail ou réseaux sociaux. Tout le monde était très sympathique et prêt à aider. On a fini par obtenir quatre interviews. Malgré mon anxiété et ma peur, au final tout s’est bien passé et on s’en est bien sortis.

Ce que j’ai vraiment apprécié, c’est le fait d’être entourée de Francophones et d’avoir beaucoup beaucoup parlé en français. Je suis très heureuse d’avoir rencontré toutes ces personnes. Et maintenant, j’ai plein de souvenirs. Par exemple, quand on travaillait par équipe. Il ne s’est pas passé une seule journée sans rires, chansons et bien sûr beaucoup d’efforts. De plus, toutes les soirées étaient chouettes. Ma préférée : le spectacle de théâtre. Merci à tous pour cette rencontre et bravo pour le travail.