Irena Pejak : « Il y a des gens dans le monde qui ont des problèmes bien plus importants que les nôtres »

J’ai toujours pensé que le travail d’un journaliste était quelque chose de très simple et facile à faire. Mais quand je suis arrivée à Banja Luka et quand j’ai commencé à travailler sur le projet, j’ai réalisé à quel point c’était vraiment un travail difficile. Rien dans ce monde n’est aussi simple que cela puisse paraître, et travailler sur ce reportage ne fait pas exception. En tant que traductrice/interprète, les interviews ont été l’une de mes parties préférées car j’ai pu pratiquer des compétences de traduction consécutive. Agathe, Veronika et moi, nous avons rencontré beaucoup de gens intéressants qui nous ont aidées à élargir nos horizons et à réaliser qu’il y a des gens dans le monde qui ont des problèmes bien plus importants que les nôtres. 

Pour que ce reportage se réalise, il a fallu déployer beaucoup d’efforts dans la recherche en général et dans la recherche de personnes qui pourraient nous aider. Ce ne fût pas une tâche facile, car avec toute notre meilleure volonté, tout ne s’est pas passé comme on l’espérait. Il y a eu de nombreux cas où les gens n’ont pas répondu à nos appels ou nous ont donné de faux espoirs. Mais cela ne nous a pas découragées de continuer à explorer et à creuser davantage pour que notre reportage réussisse. Je pense qu’Agathe, Veronika et moi formons une grande équipe et je suis très satisfaite des résultats de notre travail. Cela est peut-être dû au fait qu’Agathe et Veronika ont toujours été prêtes à intervenir et à aider même pour des choses qui n’étaient pas leur domaine de compétences.

Je pense que c’est cette unité, non seulement de notre équipe, mais de toutes les autres équipes, qui a contribué à la réussite du projet. Et pour cela, je suis très heureuse que non seulement je ramènerai chez moi le souvenir d’un reportage réussi, mais aussi de nouvelles amitiés qui pourront durer plus longtemps.